À la conquête de l'ours noir

Musclé, gourmand... Un animal fascinant à chasser!
«Le voici, immobile dans l’ombre, humant l’air, prêtant l’oreille et examinant les environs. Comme tous les ours, il approche avec une lenteur extrême. Vous figez, conscient qu’il filera au moindre signe que quelque chose cloche. Il s’avance dans la clairière. […] Il s’approche lentement de l’appât, les muscles ondulant sous son noir pelage lisse et brillant. Vous levez votre carabine en tremblant.» (NOTO.ca)

En septembre, à quelques semaines de son hibernation, l’ours noir court les petits fruits, les noix et les pommes. On dit que pendant cette période, l’ours noir demeure actif pendant 20 heures par jour, pour parcourir 100 km. Et il est un animal d’habitude : il retourne dans les mêmes talus, là où il sait qu’il trouvera de quoi se mettre sous la dent.

C’est pour cette raison que le chasseur entreprend une routine d’appâtage quelques semaines avant le début de la chasse, en août, en plaçant régulièrement des beignets et des pâtisseries près de sa cache, pour attirer près de sa cache l’animal, qui sent la nourriture à un mille à la ronde.

Lorsque la chasse ouvre, le chasseur s’installe dans sa cache, fusil en main. Le silence doit être total... L’arrivée de la proie impressionne à tout coup : elle n’a aucune raison de se presser, son goûter l’attend. Si la bête (qui peut atteindre de 400 à 600 lb) se dresse pour examiner les environs, elle a presque la hauteur d’un homme. Les chasseurs vous diront d’ailleurs qu’il ressemble étrangement à un humain, lorsqu’on le défait de sa fourrure. Pour plusieurs, d’ailleurs, c’est dissuasif.

Si sa gourmandise facilite la tâche des chasseurs, l’ours noir n’est toutefois pas facile à chasser : grâce à son ouïe et son odorat, il perçoit facilement la présence humaine. Il faut donc savoir l’attirer et l’attendre patiemment. Mais lorsque le travail d’appâtage est bien fait, les chances d’en apercevoir un sont assurées. Certaines pourvoiries estiment les chances d’en voir près des caches qu’elles aménagent à plus de 95 %.

Gourmand, son odorat facilite la tâche des chasseurs, mais pas son ouïe... Photo : Pierre Ouellette

C’est particulièrement vrai dans le Nord ontarien, où la forêt boréale s’étend à perte de vue. Une cinquantaine de pourvoiries (découvrez-les en cliquant ici) permettent la chasse à l’ours, dans le Nord-Est ontarien.

Le ministère des Richesses naturelles délivre annuellement près de 21 000 permis de chasser l’ours noir, en Ontario, auxquels s’ajoutent près de 5000 permis pour les non-résidants (pour savoir comment vous procurer les permis de chasse nécessaires, cliquez ici).

À l’automne, la période de chasse à l’ours noir s’étire généralement du 1er septembre au 30 novembre. En règle générale, les chasseurs du Nord concentrent leurs activités en septembre, avant l’ouverture de la chasse à l’orignal. Consultez le Résumé des Règlements de la chasse en cliquant ici

À propos de Andréanne Joly

Andréanne Joly aime explorer, fouiller et faire découvrir la francophonie de l'Ontario et ses espaces touristiques. Elle le fait depuis 20 ans et le ferait encore 100 ans! Par leur richesse, leur beauté et leur diversité, les destinations ontariennes ne cessent de l'épater.

Tous les articles

5 parcours de vélo à découvrir cet été

Terrain varié, routes tranquilles et sentiers fluides : le Nord vous appelle.

Les meilleurs parcours canotables de l'Ontario

Votre liste vient de s'allonger.

Les meilleurs endroits où arrêter en VR dans le Nord-Est ontarien

La véloroute Voyageur vous appelle

Voici 10 raisons de la parcourir

Obtenez votre permis de pêche de l’Ontario en ligne

C'est plus facile que jamais d'obtenir sa Carte plein air

La basse-terre de la baie d'Hudson en images

Pour ne plus jamais se perdre

grâce à l'appli QuadOn de l'OFATV

Naviguer sur les Mille-Îles et le Saint-Laurent

Incendies de forêt en Ontario :

état des lieux 2023

Camper avec son chien en Ontario

Conseils de pro et bonnes adresses

Les chutes Agawa

À la recherche du secret le mieux gardé du canyon

Comment frire le poisson sur le rivage

Des trucs simples pour de savoureux résultats

Cinq façons de découvrir le lac Supérieur

Kayak, moto, photo...

Quel est le meilleur endroit pour faire du kayak de mer?

Indice : ce n'est pas une mer...

Dix raisons de rouler dans les Hautes-Terres de l’Ontario

Café, panoramas et bière attendent les motocyclistes

Destinations de pêche au saumon en Ontario

4 suggestions canon

Danser en moto sur la Calabogie—un des secrets les mieux gardés en Ontario

Kenora : quelles belles plages!

Vanlife au lac Supérieur

Une découverte à couper le souffle

Cinq choses à ne pas manquer en route vers le lac Supérieur