Culture à l’avant-scène : Richard Mende

Demandez aux gens du milieu des arts et de la culture de Sudbury de recommander quelqu’un qui a de bonnes histoires à raconter et ils vous diront : trouvez Richard Mende. Ce professeur retraité, musicien et photographe voyageur professionnel est souvent ailleurs qu’à Sudbury, sauf, bien sûr, quand vient le temps du festival Jazz Sudbury!

J’ai pu rattraper Richard dans la semaine qui précédait le festival, peu de temps après sa plus récente aventure au Montana. Il m’a laissé le bombarder de questions au sujet de Sudbury et il a ri quand je lui ai demandé de se prononcer sur quelques-uns des meilleurs aspects de notre communauté.

Lisez la suite pour savoir pourquoi les gens font toute la différence et pourquoi il faut éviter de porter des vêtements carreautés si vous voulez passer inaperçu!

1. Pourquoi avez-vous choisi Sudbury?

Il y a quarante-six ans de ça, j’ai quitté Kitchener pour venir travailler à Sudbury. Aujourd’hui, je quitte souvent Sudbury pour voyager partout dans le monde, mais j’y reviens toujours. Pourquoi? J’ai quatre petits-enfants ici. En fait, j’ai quatre petits-enfants biologiques, mais je me suis fait aussi plusieurs autres petits-enfants au fil des années dans mon travail d’enseignant et mes engagements communautaires, surtout avec snapd, lorsque je photographiais plusieurs événements et activités de collecte de fonds dans la communauté. Je suppose que je suis un peu le grand-papa de Sudbury.

2. Quel est votre endroit préféré en ville?

Le parc Bell. C’est sûr et certain. C’est le premier endroit à Sudbury qui a capté mon attention il y a 46 ans. Maintenant, j’y retourne chaque matin pour prendre des photos. Ce n’est pas seulement joli comme endroit; c’est vivant aussi, avec des festivals à longueur d’année. J’ai de beaux souvenirs d’y avoir été pour participer ou assister à des spectacles. Même si j’ai déjà publié tout un album de photos, Mornings in Bell Park, j’adore encore capter et partager des scènes dans ce parc urbain spectaculaire.

3. Où allez-vous faire vos escapades quand vous quittez Sudbury?

Même si je suis très attaché à Sudbury, le Montana et l’Alaska sont mes endroits préférés au monde. Je suis retourné au Montana 15 fois et je planifie déjà mon prochain retour. Les montagnes sont magiques et les gens sont extrêmement chaleureux et accueillants. La toute première fois que je suis allé à Butte, j’étais encore un parfait inconnu et chaque personne que j’ai croisée dans la rue m’a dit bonjour!

4. Quand la famille vient visiter, quelle est selon vous la chose à voir ou à faire absolument?

Aller au cinéma! Mon fils aîné habite à l’île Manitoulin, donc pour lui, une salle de cinéma, ça sort de l’ordinaire. C’est devenu notre tradition familiale d’aller voir des films au grand écran quand il vient en ville. Puis, le parc Bell aussi, évidemment; j’amène mes petits-enfants au terrain de jeu.

5. Quelle est, croyez-vous, la plus grande fausse conception qu’on se fait de Sudbury?

Plusieurs Canadiens ne sont toujours pas conscients de notre reverdissement. Quand j’étais plus jeune, j’ai fait un voyage de North Bay au Sault. Traverser Sudbury... à l’époque, Coniston était une étendue de noir, mille après mille. Les gens qui ont vu cette noirceur ont ce souvenir gravé dans leur mémoire. Ils ne savent pas à quel point la ville a changé.

6. Quel est votre personnage sudburois préféré de tous les temps?

Ça, c’est une question difficile! Il y a tellement de personnes formidables qui sont originaires de Sudbury ou qui habitent encore ici. Je vais dire Carmen Simmons. Je lui donne ce titre parce qu’elle a été l’inspiration du festival de jazz. Jazz Sudbury, c’est la chose la plus importante qui soit arrivée à Sudbury, ou tout au moins une des plus importantes. Carmen et moi étions collègues au Collège Cambrian quand elle a lancé l’idée de créer un festival de jazz pour la communauté et elle a persévéré jusqu’à ce que l’idée devienne réalité. Je suppose que c’est la grande raison pour laquelle je la nomme mon personnage préféré de Sudbury, mais vraiment, c’est la question la plus difficile qu’on m’ait jamais posée!

7. Et le meilleur symbole de Sudbury?

Science Nord! C’est non seulement une présence reconnaissable dans le paysage, mais c’est vraiment un centre des sciences de calibre mondial. C’est un phare pour la ville, la région, le pays et le monde.

8. Vêtements rayés ou carreautés? Et pourquoi?

Carreautés! [rire] Carreautés, sans aucun doute. L’été, c’est la seule saison où je ne porte pas souvent des vêtements carreautés. C’est un style chaleureux et informel que j’adore. Une fois, j’étais à Ottawa pour voir jouer les Wolves de Sudbury. L’aréna était rempli d’une foule d’environ neuf mille personnes. À la fin de la première période de jeu, un vieil ami est venu me trouver en me disant qu’il était assis de l’autre côté de l’aréna et qu’il m’a aperçu parce que je portais « le tuxedo de Sudbury »! [rire encore]

9. Avion ou voiture? Et pourquoi?

Jusqu’à récemment, je conduisais. Conduire, c’est la meilleure façon d’apercevoir de bonnes photos qui n’attendent qu’on les prenne. Aujourd’hui, j’ai presque 75 ans, donc je vais voyager en avion à partir de maintenant, même si je préfère certainement conduire. Une fois, j’ai passé six semaines et demie à conduire jusqu’en Alaska.

10. Hôtel ou camping? Et pourquoi?

Pas de doute là-dessus! J’aime bien le confort quand je voyage. Dans les années 70, j’allais voir des festivals de musique et je campais, mais c’est difficile de se passer d’une bonne douche chaude!

11. Quel conseil donnez-vous aux personnes qui voudront profiter du festival Jazz Sudbury cette année?

« La Promenade du jazz », c’est à ne pas manquer! Les prix sont si raisonnables et les salles sont si rapprochées qu’il ne faut pas être un mordu du jazz ou un résident de Sudbury pour vivre une expérience extraordinaire au festival de jazz!

Pour en savoir plus au sujet de Richard et de sa passion pour le festival Jazz Sudbury, consultez le www.facebook.com/richard.mende.92.

À propos de Sudbury, équipe de rédaction

Avec ses attractions de calibre international, son confort urbain et ses aventures en plein-air quatre saisons, Sudbury surprend et impressionne. Nous vous invitons à découvrir par vous-même pourquoi le Grand Sudbury est en voie de devenir l'une des destinations les plus populaires de l'Ontario.

Tous les articles

Tarte au sucre, tartelette au beurre

Quelle est la différence ?

Festivals francos en Ontario : un calendrier

On a déjà des dates pour 2024!

Les jumelles Dionne, les Franco-Ontariennes les plus connues?

Les quintuplées sont nées à Corbeil

Le beau grand concours de rédaction

du beau grand Nord de l'Ontario

5 articles pour mieux connaître l'Ontario français

S. Firmin Monestime, premier maire noir élu au Canada, à Mattawa

Il était chic et bon vivant; Noir et francophone.

Le langage coloré des Franco-Ontariens

Expressions franco-ontariennes à connaître

Comment profiter de l’été à Sudbury

On fête la St-Jean en grand en Ontario!

Une région culturellement bouillonnante!

Les manifestations culturelles en français dans le Nord-Est

Cinq raisons de tomber en amour

avec l'Ontario français!

Des fromages savoureux et remarqués!

La Fromagerie Kapuskoise fait de l'effet...

Prêts à vous accueillir!

Les hôtels du Nord et la COVID-19

Parcours touristique sur les traces de Jocelyne Saucier

Canotage dans la région de chalets de l’Ontario

Pagayez dans le Moyen-Nord de l’Ontario paré des couleurs de l’automne

La petite séduction dans le Nord ontarien

Pourvoirie Saenchiur Flechey

pour l'accueil et la pêche

Le 25 septembre, on fête en français

et en grand!

Qu’est-ce qui sent si bon au centre-ville de Sudbury?

Culture à l'avant-scène : Kevin Closs