Saenchiur Flechey : pour l'accueil et la pêche

«On aime notre place; c’est un endroit incroyable, témoigne Danielle Lemieux. On est situé sur une pointe. Les visiteurs voient le lever et le coucher du soleil. Puis on est protégé avec l’île en face, c’est idéal.»

Danielle et Richard Lemieux sont les propriétaires de la pourvoirie Saenchiur Flechey : elle Algonquine, lui Métis, les deux francophones. Leur accueil est légendaire. «On est petits. Ce sont les mêmes visiteurs qui reviennent. On connaît le nom des enfants et un peu de leur histoire. Il y a un esprit de famille et quand il y a des nouveaux, on les incorpore dans la famille», dit Danielle.

«Quand je reçois un courriel pour une réservation, je leur téléphone. Je m’intéresse à eux. À l’arrivée, on est content de les voir. Ça, c’est dans notre nature, on vient tous les deux de grandes familles», confie Danielle.

Les Lemieux sont propriétaires de la pourvoirie Saenchiur Flechey, sur la rivière des Français, depuis 2001. Photo : Northeastern Ontario Tourism, 2021

L’évasion à DISTANCE DE ROUTE

C’est en 2000 que le couple est tombé sous le charme de la nature du bras ouest du lac Nipissing. En 2001, ils achètent une petite pourvoirie où tout est à refaire. Aujourd’hui, la pourvoirie ouverte de mai à octobre offre six chalets bien équipés, notamment d’internet sans fil. Les visiteurs ont accès à un bain tourbillon et peuvent louer un bateau ou le ponton de 30 pieds avec canapé et toilette. Saenchiur Flechey propose à sa clientèle de la pêche, du canotage, de la marche en forêt, une plage sablonneuse privée, et la garantie d’une évasion loin du brouhaha quotidien.

Et l’hiver venu, on installe les cabanes de pêche sur la glace.

Motomarine, ponton, bateau de pêche... Saenchiur Flechey c’est l’occasion d’explorer la rivière des Français. Photo : Northeastern Ontario Tourism, 2021

Magnifique rivière des Français

Située entre deux séries de rapides sur le bras ouest du lac Nipissing, la pourvoirie Saenchiur Flechey offre un séjour de rêve pour quiconque cherche un refuge paisible dans un lieu enchanteur du Nord de l’Ontario.

Pour les mordus de la pêche, le bras ouest du lac Nipissing est excellent pour le maskinongé, le brochet ou le doré. Pour les excursions en bateau, c’est 400 km de côte! Pour les randonnées à pied dans le terrain de 130 acres avec des sentiers et une ferme de chevaux et de wapitis, mieux vaut ne pas oublier caméra et jumelles.

Magnifique rivière des Français... Photo : Northeastern Ontario Tourism, 2021

Des visiteurs aux petits soins

Au-delà du site et des chalets, ce que les visiteurs préfèrent, ce sont tous les petits soins qu’ils reçoivent. S’il y a des enfants, Richard sera heureux d’enseigner comment aller en canot et de suggérer un parcours.

Les enfants feront l’expérience d’empâter un hameçon, tenir la canne à pêche, utiliser la puise, fileter le poisson. Danielle partagera sa recette de panure avec les parents et expliquera la façon de faire cuire le poisson. «Ils disent que c’est le meilleur poisson qu’ils n’ont jamais mangé. Pas surprenant, ils viennent de le sortir de l’eau», ajoute Danielle.

Hiver comme été, apprenez à pêcher à la pourvoirie Saenchiur Flechey. Et dégustez votre prise! Photo : Destination Ontario, 2013

Des feux de camp animés

L’enchantement vient aussi de feux de camp mémorables. Entre les millions d’étoiles et l’ioulement des huards dans la nuit, il y a une magie qui s’opère. Selon l’intérêt des visiteurs, Richard pourra raconter que c’est devant eux que Champlain est passé avec son expédition ou que les colons français ont pu survivre les premiers hivers grâce aux épouses autochtones.

Richard peut également jouer de la musique et faire chanter. «Les Métis sont forts en musique; ça fait partie de leur culture», dit Danielle.

Les feux de camp sont aussi l’occasion de jaser de l’origine du nom de la pourvoirie : Saenchiur Flechey. C’est la façon michif, un mélange de cri et de français, de dire «ceinture fléchée». Danielle explique que la ceinture fléchée était, dans le temps, plus épaisse que celle d’aujourd’hui et qu’elle était faite à la main. Elle servait à éviter des hernies aux voyageurs qui devaient transporter les ballots de fourrures durant les portages. «Elle servait aussi de tourniquets, d’écharpes… Même à tirer un fil pour raccommoder», ajoute Danielle.

La pourvoirie est accueillante, ses hôtes chaleureux. Photo : Northeastern Ontario Tourism, 2021

Autour de Saenchiur Flechey...

L’engagement du couple Lemieux envers leurs visiteurs est exceptionnel. Et Danielle l’exprime bien : «On va s’assurer qu’ils ont une bonne expérience, et le goût de revenir»!

Danielle et Richard Lemieux recommandent à leurs visiteurs de profiter de leur séjour pour visiter la zone du parc provincial Mashkinonje. «C’est unique», affirment-ils.

Il y a aussi la Première Nation Dokis pour une excursion guidée sur les plantes médicinales ou le pow-wow à la fin de juin. «Il y a un bon leadership dans cette nation et les gens ne sont jamais déçus», dit Danielle.

Ils recommandent aussi la Galerie de la ruelle de Noëlville et le terrain de golf tout près.

Saenchiur Flechey 
513 ch. Lemieux Rd 
Monetville (Ontario) P0M 2K0 
705-898-2660 ou 1-866-855-5137  
sf-nipissing@xplornet.ca

À propos de Marc Dumont

Ce que Marc Dumont aime particulièrement du Nord de l’Ontario, c’est qu’on y trouve facilement cet esprit de pionnier et un leadership porteur. Choisir d’y vivre compte parmi les bonnes décisions qu’il a prises dans sa vie. Dans une autre vie, il travaillait en éducation, mais aujourd’hui, il écrit pour Agricom, L’Express de Toronto, Le Voyageur du Nord-Est et plusieurs médias de l’Ontario français.

Tous les articles

On fête la St-Jean en grand en Ontario!

Festivals francos en Ontario : un calendrier

On a des dates pour 2024!

10 choses formidables à voir et à faire à Sudbury

On y va! Sudbury célèbre la fête de la St-Jean

Tarte au sucre, tartelette au beurre

Quelle est la différence ?

La maison des quintuplées Dionne

Symbole d’une enfance hors norme

Quoi faire à Hearst

Le langage coloré des Franco-Ontariens

Expressions franco-ontariennes à connaître

Les jumelles Dionne, les Franco-Ontariennes les plus connues?

Les quintuplées sont nées à Corbeil

Cinq choses que vous ne saviez pas sur le Franco-Ontarien

La Poppy Lady of France à Thunder Bay

pour y faire adopter le coquelicot du Souvenir

Pour vivre ici : l'amour de la lumière du Nord et de l'Ontario français

Entretien avec le cinéaste Bernard Émond

Hearst, village gaulois

L'érablière Ferme côte d'érables

Rendez-vous des sucres à Hanmer!

Kayak dans la réserve de la biosphère de la baie Georgienne

L’île Franklin offre de nombreuses options accessibles pour passer deux jours à pagayer.

La Nuit sur l'étang de Sudbury

Ça mange quoi en hiver?

Ontario français : la confusion linguistique

Se démêler dans le français nord-ontarien

Équipez-vous à Sudbury

Un guide des magasins de plein air de Sudbury

Les meilleurs desserts du Canada français

Ally nourrit sa passion, cédez à la tentation!

Voyageur Wilderness

La nature bienveillante de la famille Savoie