Vanlife au lac Supérieur

Megan Rouleau a découvert le lac Supérieur en vanlife. Son séjour à Marathon lui a valu la 2e place à la première édition du Grand concours de rédaction du Nord de l'Ontario.

Je vois une pancarte qui m’annonce une ville : Marathon. Dans ma dernière halte, un voyageur adepte de la vanlife m’a conseillé de m’y rendre. Apparemment, il y a un petit coin de paradis qui vaut la peine d’un détour de la route 17.

Pourquoi pas? Je dois trouver un endroit pour dormir et il semble que cet endroit accepte le camping. Je traverse donc la petite ville. Je suis amusée et émerveillée par les petites maisons qui défilent. Puis la route nous sort de la ville. Plus qu’une centaine de mètres avant d’atteindre le parc, d’après mon GPS.

La ville de Marathon est maintenant derrière. Face à moi se trouve Pebble Beach, même si, pour le moment, je ne peux voir qu’une étendue de gazon. Un stationnement rustique fait face au lac Supérieur, le dernier des Grands Lacs.

Je me stationne à reculons pour que mon lit fasse face à l’eau, le ciel, et le soleil qui termine sa course à l’ouest.

J’ai vu la mer, pourtant, je n’ai pas été soufflée comme je le suis face à cette étendue d’eau. D’un bleu azur qui disparaît à l’horizon, je ne vois qu’une péninsule à l’ouest. Je sais que des côtes semblables à celle où je me trouve se cachent derrière, là-bas au loin, mais l’illusion de l’infini demeure.

Quel beau mirage que m’offre cette vue!

Le lac Supérieur vu de la plage de Marathon
Le lac Supérieur, vu de Pebble Beach. Photo : Megan Rouleau

Le vent souffle, elle gonfle mes habits d’un sentiment de puissance et de déférence pour la vue. Je suis à l’intérieur du continent et j’ai l’impression d’être au bord du monde. Le roulement des vagues me parvient, c’est une respiration qui m’emplit de paix et d’une forte volonté.

Je sens les odeurs rocailleuses, l’eau douce et un air frais d’épinettes; néanmoins, la vue aurait pu appartenir à ces panoramas d’iode de la mer, du vent lourd et chaud des pays du sud. J’aime cette fraîcheur, cette véritable fraîcheur sans artifice, le plus beau climatiseur pour moi qui vont dormir dans ma van.

lI est clair que je dormirai la valise ouverte ce soir; autant profiter des puissants vents qui chassent tout insecte qui pourrait avoir la mauvaise idée de gâcher la soirée, voire ma nuit de sommeil. 

Je décide de m’avancer pour voir ce que me cache la berge, bien plus basse. La descente est raide, et à contrebas se trouve une plage de galets géants. Il me faudrait mes deux mains pour soulever la majorité d’entre eux, si toutefois j’étais capable d’en soulever un. Je décide de descendre le petit chemin sinueux et abrupt qui mène à l’eau azuréenne. Le sol est instable sous mes pieds et je ne peux qu’être reconnaissante de porter ses bottines de marches. Je me penche pour toucher les pierres érodées par les vagues du lac. Celles-ci sont assourdissantes, elles me coupent du monde et j’ai l’impression d’être dans une bulle hors du temps.

L’eau froide du lac m’effleure, et elle m’attire. Elle n’a pas l’odeur de poisson mort ni de sel agrémenté d’une humidité étouffante, non. Je ne sens que l’odeur d’une source d’eau immense, minéralisée comme celle d’une rivière, d’une cascade qui s’agite et s’élance tel un étalon. Je suis petite face à cette étendue infinie, et malgré la température moyenne de 4° du lac, l’envie de m’y émerger m’étreint, mais je me retiens. Il est préférable que j’attende au lendemain. La température chaude du mois d’août sera une belle excuse pour braver la température du lac. Toutefois, j’y risque ma main. La fraîcheur de l’eau me surprend, mais l’eau est si douce. Elle n’est pas gorgée de sel comme celle de la mer, elle n’est pas trouble; elle est aussi limpide que du verre. Je peux voir les immenses galets qui jalonnent la place, s’enfonçant dans le lac. Un instant, j’ai l’illusion que les remous m’indiquent que la marée commence. 

Le coucher de soleil vu de Pebble Beach, à Marathon
Le coucher de soleil vu de Pebble Beach. Photo : Megan Rouleau

Le signal pour remonter. Je reprends le chemin du retour, même si j’ai davantage l’impression de faire de l’escalade amateur qu’une montée. La terre est froide et à peine humide sous mes doigts, mais je trouve une racine qui me ramène sur l’étendue gazonnée. Je fais volte-face et je vois le soleil qui se couche. J’ai l’espoir qu’il terminera sa course avant la péninsule que j’ai pu voir plutôt, mais notre immense étoile cache sa pudeur lumineuse écarlate derrière ce bout de terre.

Un sentiment d’insatisfaction m’étreint, mais déjà, je sais que demain, j’irais courir après ce coucher de soleil. Cette péninsule doit certainement cacher un point d’observation que je compte conquérir pour lui dérober un instant d’éternité.

Oui, j’allais mémoriser ce qu’on m’offre pour ce soir, et demain, j’irais conquérir celle qui cache la fin de la course du soleil.

Autrefois, des peuples ont vécu des générations sur ces côtes et je ne peux que les comprendre. J’ai également envie de respirer, manger et vivre avec cette vue. 

À propos de Megan Rouleau

Megan Rouleau a commencé la vie à reculons avec un diagnostic de dysphasie et dyslexie. Ça ne l’a pas empêché de défier les pronostics pour explorer le monde. Ses voyages en Haïti, en République dominicaine et à travers le Canada l’ont profondément enrichie. Fascinée par les mythes et l'histoire, l'écriture est devenue pour elle une voie d'expression inestimable, art auquel elle s’adonne depuis l’enfance. Megan espère inspirer d'autres, même ceux qui redoutent l'inconnu, à franchir de nouvelles frontières, parce que ça en vaut la peine. 

Tous les articles

Destinations de pêche au saumon en Ontario

4 suggestions canon

Le glamping en pleine nature

Renouez avec le camping... dans le luxe!

Parcourir l'île St-Joseph à vélo : un guide

Une des magnifiques destinations vélo de l'Ontario

Une île pour vous tout seul, une île sans voiture

Danser en moto sur la Calabogie—un des secrets les mieux gardés en Ontario

L’Ontario à vélo — les bons plans

À deux roues, c’est bien mieux!

Une histoire géologique millénaire

Bienvenue au Témiscamingue, Témiskaming

À la conquête de l'ours noir

Musclé, gourmand... Un animal fascinant!

Les 30 meilleurs itinéraires de moto en Ontario

Prêt à faire des kilomètres? Et des kilomètres?

Une faune abondante et diversifiée

Motoneige en Ontario : où louer et acheter

La liste complète des concessionnaires, locateurs et ateliers

Le Village Noël du Témiscamingue

De retour du 23 au 25 novembre 2023

Expéditions de chasse au gros gibier

Cinq raisons de visiter l’ile Manitouline

La plus grande ile en eau douce au monde

Les impressionnantes formations de glace du lac Supérieur

Un phénomène spectaculaire

Le tour du lac Supérieur en van

Un road trip plein de belles surprises

Prévisions pour la saison de motoneige 2021-2022 en Ontario

Qu'est-ce qui attend les motoneigistes cet hiver?!

Road trips

les meilleurs conseils pour voyager en 2020

Sentiers de rêve grâce au Groomer Guy de Dubreuilville

L’expérience motoneige en Ontario

vue par un motoneigiste aguerri