Galeries d’art ancien

Explorer les sites à pictogrammes d’Agawa.

Le rocher d’Agawa émet une énergie puissante qui n’a d’égal que celle des eaux agitées du lacSupérieur. C’est l’un des plus importants sites spirituels des Premières nations au Canada : untableau de chaman qui émerge à 70 mètres de haut, un lieu où des peintures rupestres d’unrouge sang témoignent d’innombrables voyages le long des rives hantées du lac Supérieur. Lapièce maîtresse est une représentation du félin géant et omnipotent Michipeshu, dieusubaquatique pour les Objiwés, que l’archéologue et auteur Thor Conway considère comme« la métaphore par excellence du lac Supérieur — puissant, mystérieux et en fin de compte trèsdangereux ».

Le pouvoir de Michipeshu, le grand lynx à cornes et dieu subaquatique du folkloreojibwé, est évident pour quiconque visite le site à pictogrammes d’Agawa. Comme lesvagues qui se brisent contre les rochers peuvent rendre les bords du lac dangereux, ne vous aventurez vers les sites à pictogrammes que lorsque le lac est calme.

Aujourd’hui, le rocher d’Agawa est une attraction de premier plan du parc provincial du LacSupérieur, situé à 135 km au nord de Sault Ste. Marie. La falaise de granit est accessible à partirde la route 17 en suivant un sentier de randonnée de 1 kilomètre, très fréquenté maisaccidenté; en été, un interprète du parc est souvent présent pour répondre aux questions esvisiteurs. Les pictogrammes sont particulièrement saisissants lorsqu’on les observe depuis uncanot ou un kayak de mer. Agawa, comme tous les sites à pictogrammes, est un lieu sacré quiexige le respect. Ne touchez pas les pictogrammes, et soyez bien conscients des conditionsmétéorologiques extrêmes auxquels le lieu est exposé. Ne vous aventurez pas sur les falaisesquand la pluie ou les vagues les rendent glissantes.

Le rocher d’Agawa est un hautlieu du sentier Coastal de 65 km du parc provincial du LacSupérieur, un sentier très difficile. Un court sentier permet aussi aux randonneurs d’unejournée d’accéder facilement aux pictogrammes en 20 minutes.

Les pictogrammes d’Agawa ont été brièvement mentionnés par les premiers explorateurs, maisce n’est qu’en 1958 que les archéologues les ont découverts. Le pionnier de la recherche en artrupestre Selwyn Dewdney s’est émerveillé de leur diversité, de leur longévité et de leursorigines mystérieuses. Plus de 100 peintures ont été recensées sur le rocher d’Agawa. Elles ontété réalisées « pour diverses raisons, toutes spirituelles », dit Conway. Pendant les trenteannées qu’il a passées à étudier le site, Conway a interrogé des aînés et des chefs spirituelsojibwés – les descendants directs des artistes eux-mêmes. Il estime que les pictogrammes d’Agawa peuvent avoir jusqu’à 500 ans, ce qui témoigne de la longévité d’un simple pigmentfait de roche broyée, de graisse animale et d’huile de poisson.

Les pictogrammes de la pointe Fairy se trouvent sur une formation rocheuse exposée dulac Missinaibi, une vaste étendue d’eau située à l’extrémité nord de l’Algoma.

Conway explique que les pictogrammes étaient peints dans des « lieux puissants, où semanifestent les énergies de la Terre ». Un autre de ces lieux est la pointe Fairy, sur le lacMissinaibi, un plan d’eau éloigné dans l’Algoma. Les pictogrammes de la pointe Fairyreprésentent des esprits fantaisistes et des animaux sauvages comme l’orignal et le caribou;pour les pagayeurs expérimentés, le site est une attraction exceptionnelle sur la route de canothistorique de la rivière Missinaibi. On peut également accéder aux pictogrammes par bateau àpartir du terrain de camping du parc provincial Missinaibi, à 88 km au nord-ouest de la ville deChapleau.

La pointe Fairy possède l’une des plus grandes collections d’art rupestre en Ontario, avecdes peintures réparties sur 500 mètres de rives. Le lieu n’est accessible qu’en bateau.

Lecture essentielle :

Spirits on Stone: Lake Superior Ojibwa History, Legends and the Agawa Pictographs, par ThorConway

À propos de Conor Mihell

Conor Mihell is an award-winning environmental and adventure travel writer based in Sault Ste. Marie. Read his work in the Globe and Mail, Explore, Cottage Life, Canoe & Kayak, ON Nature, and other magazines and newspapers. He's been a sea kayak guide on Lake Superior for close to 20 years, and has paddled from Sault Ste. Marie to Thunder Bay. 

Tous les articles

On fête la St-Jean en grand en Ontario!

Festivals francos en Ontario : un calendrier

On a des dates pour 2024!

10 choses formidables à voir et à faire à Sudbury

On y va! Sudbury célèbre la fête de la St-Jean

Tarte au sucre, tartelette au beurre

Quelle est la différence ?

La maison des quintuplées Dionne

Symbole d’une enfance hors norme

Quoi faire à Hearst

Le langage coloré des Franco-Ontariens

Expressions franco-ontariennes à connaître

Les jumelles Dionne, les Franco-Ontariennes les plus connues?

Les quintuplées sont nées à Corbeil

Ontario français : la confusion linguistique

Se démêler dans le français nord-ontarien

La Nuit sur l'étang de Sudbury

Ça mange quoi en hiver?

Cinq choses que vous ne saviez pas sur le Franco-Ontarien

La Poppy Lady of France à Thunder Bay

pour y faire adopter le coquelicot du Souvenir

Pour vivre ici : l'amour de la lumière du Nord et de l'Ontario français

Entretien avec le cinéaste Bernard Émond

Hearst, village gaulois

Équipez-vous à Sudbury

Un guide des magasins de plein air de Sudbury

L'érablière Ferme côte d'érables

Rendez-vous des sucres à Hanmer!

Kayak dans la réserve de la biosphère de la baie Georgienne

L’île Franklin offre de nombreuses options accessibles pour passer deux jours à pagayer.

Venez fêter avec les Franco-Ontariens!

Vivre l’Ontario français par ses festivals

Des circuits de moto... en français, svp!